ENFANT DE LA JUNGLE

TITRE : Enfant de la jungle

AUTEUR : Michael Morpurgo

C”est en travaillant en libraire, il y a quelques années déjà, que j”ai pu découvrir Michael Morpurgo, auteur britannique qui allait devenir (et est toujours) un de mes écrivains jeunesse favoris. J”ai dévoré ses ouvrages, en particulier Soldat Peaceful, Le Royaume de Kensuké, Cheval de guerre (adapté au cinéma… en salle en ce moment!), et mon préféré, L”Étonnante histoire d”Adolphus Tips.

C”était donc un réel plaisir lorsque mes amis de chez Gallimard m”ont gentiment remis, au dernier Salon du livre de Montréal, son nouvel ouvrage, Enfant de la jungle. Bien que j’aie désiré le lire aussitôt, je me suis fait un devoir de conserver ce petit bijou de lecture pour les vacances d”hiver. Vous vous doutez bien que je n”ai pas été déçu. Loin de là même!

Nous sommes en 2004. Le père de Will a récemment été tué au combat en Irak. Après avoir passé un mois sur la ferme des grands-parents, Will et sa mère partent pour des vacances en Indonésie, le pays d”origine de sa maman. Depuis toujours, le jeune homme est fasciné par les éléphants. Sa mère, en guise de cadeau de Noël, lui offre un tour à dos d”éléphant. Il s”agit en fait d”une éléphante, Oona, que Will affectionne aussitôt. Par contre, l”animal met peu de temps avant de devenir agité, très agité même. Oona s”élance dans la jungle, le petit garçon blond sur son dos. Will n”a pas le temps de voir l”immense vague qui déferle sur la plage. Ce n”est que lorsque l”éléphante cesse de courir et que Will se retourne qu”il comprend : « Le spectacle qui s”offrit à moi me remplit d”horreur. La mer se cabrait en un haut mur d”eau verte qui se précipitait vers la plage, vers l”hôtel, vers l”endroit où je savais que maman était allée nager. Je vis des bateaux disparaître quelques instants plus tard, avalés purement et simplement par l”océan. » Will craint le pire pour sa mère (évidemment!) et s”accroche solidement à Oona. On se rappelle bien entendu le tsunami de 2004. Sans que notre héros le sache, une nouvelle vie commence…

Il ne faut que très peu de temps pour qu”humain et éléphant deviennent amis : « Mon seul réconfort était le balancement régulier de l”éléphante au-dessous de moi. Je m”y étais si bien habitué que je me réveillais chaque fois qu”elle s”arrêtait. Et lorsque j”entendis le son de sa bouse qui tombait, j”attendais chaque fois que l”odeur monte jusqu”à moi. En fait, je ne trouvais pas ça désagréable du tout, c”était curieusement rassurant. » Drôle d”amitié, mais bon!

Il fallait s”y attendre, Will a drôlement faim! Une fois, il essaie de descendre au sol pour trouver de quoi se nourrir, mais il se ravise aussitôt quand Oona l”agrippe avec sa trompe et le replace sur son dos! Cette amitié particulière, mais touchante m”a fait sourire tout au long de ma lecture. Un jour, ils arrivent à une clairière… pleine de figuiers aux fruits succulents, mais ils ne sont pas seuls. Quantité d”orangs-outans semblent peupler les arbres de cet endroit. Will les observe, à distance, et silencieusement. Il comprend alors son sort et se résout lentement à vivre avec sa nouvelle compagne : « Tu es ma famille, maintenant, Oona. Ce n”est plus à Salisbury que j”habite, ni dans la ferme de mes grands-parents dans le Devon. C”est ici dans la jungle avec toi. Où que tu m”emmènes, ce sera ma maison. »

Les mois passent, et Will arbore désormais l”apparence d”un vrai petit Mowgli (il finira nu comme un ver le pauvre!) Quelques mois ont passé depuis que nos deux compères voyagent ensemble. Un jour, cependant, Oona devient à nouveau nerveuse, tendue… un tigre apparaît! Alors moi, j”aurais soit fait pipi dans mon short, soit, j”aurais perdu connaissance! On comprend alors que la jungle a ses lois, que tous peuvent cohabiter si on ne pile pas sur le territoire d”un autre… ce sont les hommes qui détruisent cette harmonie, vous verrez.Après quelque temps à vivre tout en observant le tigre, qui demeure à une certaine distance, les chasseurs arrivent. Pas des chasseurs, mais plutôt des braconniers, qui enlèvent, et les bébés orangs-outans, et le tigre abattu, et Will! C”est exactement à ce moment que j”ai « balancé » le bouquin, le membre de PETA en moi n”en pouvait plus de ces abrutis. Chers lecteurs, attachez-vous bien à partir de ce moment de l”histoire, car les péripéties vont se succéder à un train d”enfer!

Will fait la connaissance de l”odieux monsieur Anthony, qui semble s”être approprié une grande partie du territoire sauvage. Il y chasse les jeunes orangs-outans, tigres et autres bêtes, met le feu à de grandes superficies de jungle, exploite les palmiers pour leur huile… bref, une seule chose l”intéresse, l”argent, et en quantité! Alors qu”il pense vendre Will à un cirque, ce dernier s”enfuit, à l”aide de Kaya (personnage que vous allez aimer découvrir)! Il emporte avec lui trois jeunes orangs-outans, qui ne le lâcheront plus! Bien que notre ami espère toujours le retour d’Oona, qui s”était enfui lors du rapt du jeune homme et des animaux, le rapprochement se fait bien sentir avec ses trois nouveaux compagnons de route (attendez de voir quels noms il va leur donner) : « Les orangs-outans me semblaient capables de ressentir tant de nos émotions et de nos sentiments. Ils me considéraient comme leur mère. Je les considérais comme mes enfants. »

Plus par instinct qu”autre chose, Will décide de suivre la rivière en espérant aboutir à la mer. Les journées paraissent interminables et épuisantes. Et là, sans aucune attente, nous avons la chance d”assister aux retrouvailles d’Oona et de l”enfant… bien oui, j”ai pleuré! Ils ne sont cependant pas au bout de leurs peines…

Une rencontre et un séjour inattendus (je n”en dis pas plus, car je ne veux pas vendre les derniers chapitres!) apprendront à Will qu”il vit depuis un an au moins dans la jungle, et que son histoire est bien connue… et si ses grands-parents l”avaient recherché tout ce temps?

Très chers blogueurs, je ne peux que vous inviter à lire fortement ce roman d”aventures qui sait nous garder en haleine jusqu”à la fin. La prose magnifique de l”auteur nous permet de découvrir la nature d”un autre œil, mais surtout de comprendre que dans la vie, l”amitié triomphe toujours!

Roman pour lecteurs avancés

Éditions Gallimard

Cet article a 1 Commentaire

  1. Vanilla says:

    merci pour cette découverte; ca à l’air bien en tout la couverture est superbe

Laissez une réponse