Entre chiens et loups

Imaginez un monde, pas si différent du nôtre, où les personnages ont seulement changé de place. Les Noirs (les Primas) représentent la race supérieure, tandis que les Blancs (les Nihils) sont les êtres inférieurs. Tel est le monde dans lequel Perséphone (Sephy) Hadley et Callum McGrégor vivent. Elle est noire et lui est blanc. Tout les sépare et pourtant ils sont les meilleurs amis du monde depuis des années. 

entre chiens et loupsDès les premières pages, j’ai été conquise par cette histoire et par la sensibilité avec laquelle l’auteure la raconte. Nous suivons alternativement l’intrigue par les yeux de Sephy et de Callum,  ce qui nous permet de connaître les deux côtés de la médaille et apporte une richesse et une profondeur peu communes à ce type de romans. Et l’auteure manie en virtuose les émotions quand elle oppose à la violence du racisme la délicatesse de l’éclosion amoureuse des deux jeunes héros.

Nous ne pouvons qu’être touchés par tout ce que non seulement Sephy et Callum subissent, mais aussi tous les autres personnages. Même si ici le racisme est inversé, ses ravages sont parfaitement décrits et dévastent tous ceux qu’il touche. Callum va voir les siens décimés par ses effets pervers. La fin de son père en prison est particulièrement tragique. Et Sephy va découvrir des secrets qui lui feront découvrir l’hypocrisie dans laquelle sa famille baigne depuis longtemps. Ce roman, en plus de toutes ses autres qualités, peut être pris comme un vibrant réquisitoire contre le racisme.

Sephy et Callum sont des adolescents ordinaires, confrontés à une situation hors de l’ordinaire, qui les force à réagir violemment. Ils sont tour à tour forts et fragiles, lâches et courageux, égoïstes et altruistes. Ils auraient aimé continuer à faire comme si rien n’avait changé, mais les brimades que Callum va vivre au collège de Sephy et l’engagement de son père et de son frère dans la rébellion clandestine, entre autres choses, vont venir bouleverser leurs existences. Au début donc, ils seront confus et perdus, mais ils évolueront et grandiront pour devenir des adultes responsables et engagés.

Et que dire de leur histoire d’amour contrarié, sinon qu’elle vous prend aux tripes et vient magnifier ce roman ?  Sephy et Callum sont touchants, ils sont seuls face aux autres, ils auront si peu de temps ensemble. Leur amour les rend uniques et plus grands que nature. Ils méritent de figurer aux côtés des amoureux immortels de l’Histoire, comme Roméo et Juliette ou Tristan et Iseult.

Ce roman est le premier tome d’une série de quatre et je me suis assez attachée aux personnages pour vouloir continuer de les suivre. Si vous voulez être profondément touchés par un roman au sujet sérieux, mais traité d’une manière humaine et parfaitement maîtrisée, si vous aimez les grandes histoires d’amour, vous ne pourrez qu’être comblés comme moi par la lecture d’Entre chiens et loups.

Malorie Blackman, Entre chiens et loups, coll. Macadam, Milan

Christine Desbiens

Blogueuse d’un jour

Cet article a 2 Commentaires

  1. LeSaVaNt says:

    Merci de ta critique, grâce à toi, j’ai choisi mon prochain roman à lire.

Laissez une réponse