La boîte magique d’Houdini

Comment oublier le chef-d’œuvre de Brian Selznick, L’invention de Hugo Cabret? Un livre magnifique, tant par le récit que par les illustrations incomparables de l’artiste!

À mon plus grand bonheur, Brian Selznick nous revient en force en nous offrant un roman graphique autour d’Harry Houdini, maître de l’évasion. Surtout, voici un autre hommage à l’imaginaire signé Selznick!

On sait que Harry Houdini était un magicien exceptionnel, et beaucoup plus encore : « Aucune police du monde n’arrivait à le garder sous les verrous. Aucune mer, aucun océan ne parvenait à le noyer. Même jeté à l’eau dans une boîte en métal, Houdini réussissait à se libérer. » Comme quoi un vrai magicien peut tout accomplir!La_boite_magique_d_Houdini

Arrive en scène Victor, petit garçon de 10 ans qui rêve de devenir magicien. Tout comme Houdini, il essaie de retenir sa respiration longtemps sous l’eau (quoique Houdini pouvait tenir 5000 secondes!), de s’enfermer puis se libérer de la malle de sa grand-mère… bref, tant de tentatives qui causent autant de dégâts dans la maison, au grand désespoir de sa mère. Elle a besoin d’air, donc direction pour le week-end chez tante Harriet, à la campagne.

Une fois à la gare, Victor en est sûr : il voit nul autre que ze Harry Houdini de l’autre côté de la foule. Il court vers lui et l’assaille de questions, tel un vrai apprenti magicien. Houdini lui promet de lui écrire. Commence alors l’attente d’une lettre qui ne semble jamais vouloir venir (attend-il une lettre ou Godot?). La lettre arrive enfin, avec comme seule mention : « Milles secrets t’attendent. Viens chez moi… ». Il a même une date et une heure de rendez-vous. Quelle chance!

Seulement, une fois arrivé chez son idole, madame Houdini lui apprend la mort de son célèbre mari. Elle lui tend une petite boîte, sorte de coffre, que Victor rapporte chez lui : « Ce soir-là, alors qu’il essaye d’ouvrir la serrure de la boîte avec des épingles, des plumes et toutes les petites clés de valises et d’horloges qu’il peut trouver dans la maison, il découvre des initiales gravées sur le fond : E.W. ». Mais, ce n’est pas du tout la boîte d’Houdini! À moins que…

Victor range la boîte au grenier en jurant ne plus jamais penser à la magie, et encore moins à Houdini.

Victor grandit, se marie et a un fils qu’il prénomme Harry (pas pour Houdini selon lui, mais plutôt en mémoire à tante Harriet, décédée quelques semaines plus tôt). Pendant que père et fils s’amusent à frapper une balle de base-ball, un bon coup envoie la balle bien loin de l’autre côté de la clôture, dans le cimetière. Surtout, elle n’est pas atterrie au pied de n’importe quelle tombe, mais bien sur celle d’Harry Houdini! Mais il a aussi un autre nom en dessous, écrit en plus petit. Et si Harry Houdini, alors qu’il était enfant, s’appelait plutôt Ehrich Weiss?

Victor comprend tout. Ce soir-là, alors que sa femme et son enfant dorment paisiblement, Victor monte lentement l’escalier jusqu’au grenier, où il retrouve le coffre remis par son héros d’enfance, et il l’ouvre…

Je ne peux vous en dire davantage, à part que ce livre, c’est une véritable et étrange histoire de magie et d’escapologie!

La boîte magique d’Houdini, Brian Selznick, Éditions Bayard jeunesse

Roman graphique

Cet article a 0 Commentaire

Laissez une réponse