L'ANNÉE OÙ TOUT A CHANGÉ

TITRE : L’année où tout a changé

AUTEUR : Jill Hucklesby

Wow! Je viens de terminer un roman poignant, parfois hilarant, parfois triste à mourir, mais somme toute très humain.

Amy Curtis a treize ans. Elle s’entraîne comme une athlète olympique à la natation – dur entraînement quotidien et régime sévère imposé par Danny Dodgy, son entraîneur. Sa meilleure amie, Sophie Haynes, excelle à la course à pied. Les filles se lancent dans séance thérapeutique de magasinage à Nottingham : « Nous regardons de chaque côté de la route et avançons sur le passage clouté. Je jette un coup d’œil à Sophie. Elle n’a jamais eu l’air aussi heureuse. Et dans le lointain, au-delà de son beau visage rayonnant, une forme sombre surgit, énorme, et remplit l’horizon. J’ai déjà été ici, dans mes cauchemars… » Oh mon dieu! On s’entend qu’on est gagné d’avance! Et je vous le dis, c’est exactement à ce moment, page 36, que tout commence avec un bang et ça se lit d’un trait, jusqu’à la page 380!

Sophie décède sur le coup. Amy, quant à elle, se retrouve dans un coma, mais semble entendre ceux qui l’entourent et qui ne parlent que de leur sentiment de culpabilité (classique, quoi!) : « C’est bizarre. Malgré l’obscurité dans laquelle je me trouve, je les distingue et sens leur peine… Je les entends parler, mais leurs voix sont comme des murmures portés par le vent. »

Elle se réveille enfin, pour entendre le doc affirmer : « … importants progrès dans les prothèses des membres inférieurs, qui permettent aujourd’hui de marcher et de mener une vie normale. » C’est vraiment la fin des haricots pour Amy. Elle qui n’avait qu’un rêve précis : accéder au podium des Jeux Olympiques. La voilà amputée d’une jambe! De plus, on lui annonce que sa meilleure amie a été mise en terre alors qu’elle était inconsciente… trop d’émotions à encaisser : « Mais je suis en deuil, parce que l’Amy d’autrefois a disparu à jamais. Le camion a tué ses rêves et changé son cœur en pierre. » L’idée du suicide lui passera par la tête (j’aurais sans doute pensé de même!), mais selon Amy, pour mettre fin à une vie, encore faut-il qu’il y en ait une.

À l’hôpital, elle fait la rencontre d’Harry Higgins (Poppikins de son surnom), qui a perdu ses jambes suite à une méningite. Il nomme d’ailleurs sa tumeur Trevor (vous ne pouvez imaginer l’étendu du sens de l’humour de ce jeune homme!) et il lui parle… vivement la pensée positive! Les deux ados se lient rapidement d’amitié, pour ne pas dire que leurs sentiments sont d’un autre niveau… Pourtant, malgré la rééducation physique d’Amy, le terrible passé semble revenir la frapper au visage comme des vagues intermittentes. En effet, elle apprend que le chauffeur du camion qui a causé l’accident ne sera pas condamné à la prison (là, j’ai balancé mon livre par terre!).

Tous ceux éprouvés par cet accident vivent les répercussions de manière très différente. La mère de Sophie, Shirley, devient dépressive et semble oublier son plus jeune fils. La mère d’Amy se veut encourageante, alors que son père devient froid, fermé, bref il n’accepte pas le sort de sa fille et l’idée qu’elle doive renoncer à ses rêves. Pourtant, broyant du noir, il encourage sa fille d’oublier le passé et les rêves d’autrefois. Il tombe également en dépression : « Papa semble un peu distant, perdu dans ses pensées. Ce n’est plus le père qui montait sur mon lit et chantait en tenant ma brosse à cheveux comme un micro. »

Amy obtient son congé de l’hôpital et la famille déménage dans le but de recommencer à zéro, loin des souvenirs douloureux… et loin d’Harry. Heureusement, les deux amis échangeront régulièrement des courriels. Au fil des semaines, on comprend qu’Harry subit de plus en plus d’opérations (j’arrête ici de parler de ce personnage pour vous laisser découvrir par vous-même ce qui arrivera).

À l’encontre de son père, mais avec l’accord secret de sa mère, Amy se remet àla natation. Son kiné, Ramoul, est génial et sait gérer avec brio les frustrations de sa jeune protégée. Soudain, comme une lumière trop longtemps absente, le rêve des jeux revient… les jeux paralympiques!

Mes très chers blogueurs, je vous promets un véritable manège d’émotions à travers cette histoire écrite de manière tendre, cruelle aussi par moments, mais toujours touchante. En quelque sorte, ça nous ramène un peu sur terre : on comprend qu’on se plaint trop souvent la bouche pleine! De plus, je suis convaincu que certains personnages vous colleront à la peau quelque temps, tellement ils sont bien construits, hilarants et authentiques! Je vous invite fortement à me faire part de vos réflexions de lecture autour de ce roman, question de partager nos émotions littéraires…

Roman pour adolescents

Éditions Bayard

Cet article a 4 Commentaires

  1. Nadia says:

    J’ai adoré! J’ai ri et j’ai pleuré. C’est un coup de coeur!

  2. Chantale Lamoureux says:

    Très bon livre à lire! Hey oui, j’ai pleurée….!
    Très touchante histoire, d’une fille très courageuse!
    Je vous le conseille vivement!
    Encore un auteur à retenir!

  3. Dupond says:

    Le livre le plus beau au monde ces bien celui la 😀 j’ai pleuré comme une dingue au début que sophie mue 🙁 émouvant mes téllement magnifique ce livre ! c’est une histoire vrai ? car je cherche Amy curtis sur google je le trouve pas 🙁

Laissez une réponse