LE GARÇON QUI N'ÉTAIT PAS NOIR

TITRE: Le garçon qui n’était pas noir

AUTEUR: Jacqueline Woodson

Eh bien, dis donc! Le titre est plus qu’intrigant, et souvent il ne m’en faut pas davantage pour que je plonge dans un récit, mais celui-ci m’a donné matière à réflexion!

Nous sommes en 1971, dans le quartier noir d’une ville américaine, de l’autre côté de l’autoroute, au-delà du quartier des Blancs. Dans la classe de madame Johnson, un nouvel élève entre. Il est blanc, a les cheveux bruns, longs, bref il ressemble à Jésus! Ce sera d’ailleurs son surnom tout au long du roman – tel le personnage de Camus dans L’étranger, nous ne saurons jamais son prénom. La ségrégation devrait être abolie, pourtant on comprend que les attitudes ainsi que les mentalités sont longues à modifier, tant pour les uns que pour les autres. En effet, Trevor balance à l’adolescent: « Ta place n’est pas dans cette école, visage pâle, mais de l’autre côté de l’autoroute. » Ce dernier se fera remettre à sa place par le garçon, si calme et serein (un peu comme Jésus en fait!), puisque Trevor a le teint clair et les yeux bleus (vous découvrirez la face cachée de cet élève dur et violent). Frannie, dont le frère, Sean, est sourd, se rend compte que Jésus connaît le langage des signes, mais sans savoir où il l’a appris (autre mystère qui sera résolu au cours de l’histoire). Bien que la plupart des jeunes du quartier ne rêvent que de s’évader, on réalise à travers notre lecture que peu importe le degré de pauvreté, les gens semblent profiter des petits plaisirs simples de la vie, et ils s’aiment, c’est le principal. Petit à petit, les enfants s’habituent au nouvel étudiant, certains daignent même le saluer. Cependant, une rumeur court. À force de l’observer, comment il agit, ce qu’il dit, la meilleure amie de Frannie se demande si ce ne serait pas le vrai Jésus, envoyé dans leur quartier comme nouveau messie! Je ne vous en dis pas plus.  Vous aurez une surprise cependant en faisant la connaissance du père au prétendu Jésus! Il s’agit d’un roman où les personnages sont comme les petits gars et petites filles de nos quartiers, c’est-à-dire aventuriers, rêveurs, parfois même méchants… Ce récit est un heureux mélange d’humour, d’émotions fortes… et d’Afros picks!

Roman pour lecteurs intermédiaires

Éditions Bayard

Cet article a 2 Commentaires

  1. […] Mais cela reste une lecture bien agréable. On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là Les lectures de Nicolas Share this:FacebookJ'aimeJ'aime  Cette entrée a été publiée dans Et que lisent les […]

Laissez une réponse