LE GARÇON QUI SE TAISAIT

TITRE: LE GARÇON QUI SE TAISAIT

AUTEUR:  IRINA DROZD

Bon… voici un court roman auquel je crois énormément.  Plus que ça, les thèmes abordés doivent être discutés et ne pas demeurés dans l’ombre… il s’agit de situations tristes qui se produisent malheureusement trop souvent.  Du moins, la fin nous donne espoir qu’il existe toujours de bonnes personnes sur Terre.

Pardon de la longue introduction, mais ce roman publié dans la collection Je bouquine chez Bayard Jeunesse m’a franchement troublé!

Alexandre, jeune adolescent étudiant, a perdu sa mère récemment.  C’est un garçon qui parle peu, très studieux, et qui connaît toutes les réponses aux questions de ses professeurs.  Natacha, la belle fille de l’école, a un oeil sur lui, mais peu importe ses avances, il refuse d’échanger avec elle. Un jour par contre, voulant avoir la paix de Natacha, il lui montre les marques de ceintures sur ses jambes et les brûlures de mégots de cigarettes sur ses bras… et comme Alexandre le dit, il épargne le pire à Natacha en n’enlevant pas son chandail. Alexandre se fait battre. Alexandre se fait battre par son père.

Le lendemain d’une retenue collective en classe, Alexandre est absent de l’école et en revient amoché.  Suite à un vol qu’il n’a pas commis mais en est tout de même accusé, Alexandre est suspendu de l’école pendant trois jours.  Natacha craint ce que son père lui fera.  Après un appel étrange, cette dernière se rend avec ses parents et la police chez Alexandre.  Cependant, Alexandre gît dans son sang après avoir été plus que rudement battu! (Là je n’en pouvais plus! Gros bébé Nicholas a encore pleuré!) Après une dizaine de jours dans le coma, il émerge et sera accueilli au sein de la famille de Natacha.

Sachez que l’auteur s’est inspirée d’une histoire vraie arrivée à une copine enseignante.

À lire absolument! Pour lecteurs à partir du deuxième cycle primaire.

Éditions Bayard Jeunesse

Cet article a 0 Commentaire

Laissez une réponse