LE SECOND SOUFFLE

TITRE : Le second souffle

AUTEUR : Philippe Pozzo di Borgo

Chez Bayard, nous faisons partie d’une équipe de véritables mordus de lecture. Nous prenons un certain plaisir à partager nos découvertes littéraires. Vous vous doutez bien que mes suggestions proviennent largement du monde magique de la littérature jeunesse. Cette fois, on m’a fait découvrir un ouvrage que je ne suis pas prêt d’oublier et voué à un public plutôt adulte.

Le second souffle relate la rencontre de Philippe Pozzo di Borgo, homme riche devenu tétraplégique suite à un terrible accident, avec Abdel, jeune banlieusard un peu bum qui assurera le bien-être de l’homme. Ce livre m’a profondément touché et m’a fait passer par toute une gamme d’émotions! Disons que suite à ma lecture, je trouve que nous nous plaignons souvent la bouche pleine. Lisez-le, il saura vous ramener les deux pieds sur terre. Préparez-vous à rire souvent à gorge déployée (surtout l’anecdote de l’achat d’une boîte de préservatifs alors qu’il a 15 ans!).

« La ligne de fracture de mes os, de mes souffles, pourrait être le jour de l’accident. Le 23 juin 1993, j’ai basculé dans la paralysie » Début de l’histoire… ouf! Les trois premières parties du roman évoquent, entre autres, le grand amour de sa vie, Béatrice, qui succombera à la maladie le 3 mai 1996 (je crois personnellement qu’une partie de Philippe Pozzo di Borgo est également morte ce jour-là). Il est aussi question des difficultés du couple à avoir des enfants (suite aux complications d’un cancer à la moelle osseuse) et l’adoption de deux bambins, Laetitia et Robert-Jean, à Bogota.

Grand adepte de jogging, il a couru sur tous les continents. Un accident de parapente change à tout jamais le cours de son existence : il est désormais tétraplégique. Il souffre d’un dérèglement thermique, il n’a plus de muscles pectoraux, sa respiration s’avère difficile, il tente de se suicider… Bref, il tombe dans un certain mutisme et semble dépressif. Ces trois premières parties du livre nous permettent également de parcourir, en même temps que l’auteur, les souvenirs mémorables de sa jeunesse, bons comme moins bons.

Et là, à la page 126, arrive la rencontre avec Abdel, rencontre qui changera la vie du tétraplégique… ainsi que celle du jeune musulman : « Ils sont quatre-vingt-dix dont un seul Français; je procède par élimination et ne retiens qu’Abdel et le Français, chacun pour une semaine d’essai… j’embauche Abdel le jour même. Il est bien payé, nourri, logé, “blanchi”. C’est la première fois de sa vie, m’avoue-t-il un jour, qu’on le traite avec respect. » Il mesure un mètre soixante-dix, jouit d’une force peu commune, et cogne tous ceux qui lui « manque de respect », homme comme femme. Il se montre farouche, solitaire et semble en vouloir au monde entier depuis son traumatisme de jeunesse : « Ses parents avaient plus de dix enfants. Ils l’ont “donné”, à l’âge de trois ans, à son oncle paternel qui, lui, n’en avait pas. C’était, paraît-il, la tradition en Algérie. » Abdel ne l’a jamais accepté.

C’est le début de la quatrième partie (celle que je préfère) : Le second souffle. Préparez-vous, car rendus à ce point, vous ne pourrez poser le livre avant la fin, je vous le jure!

Abdel s’adapte lentement à son milieu qu’il qualifie d’extraterrestre. Il conduit les voitures de manière extravagante… un peu comme il se conduit dans la vie. Alors qu’il est très charmeur avec la gent féminine, les rapports entre Abdel et Laetitia sont très tendus. Elle se montre impolie et un peu méchante à son égard. D’autre part, il élève avec grande gentillesse Robert-Jean. Ce dernier voit Abdel comme son grand frère. Chose certaine, il semble apprécier son patron, cet homme qui le considère intelligent et méritant un avenir autre que misérable.

Pendant dix ans, il est au service de monsieur Pozzo di Borgo et ensemble ils vivront de véritables aventures! Des drames, des situations incroyables, et périlleuses parfois, se produisent ainsi qu’une myriade de moments hilarants qui les rapprochent. Vous ne pouvez imaginer les nombreux fous rires que déclenche cet inoubliable récit!

J’ai eu la chance d’assister à l’avant-première du film Intouchables cette semaine, dont le scénario est tiré de l’ouvrage de Philippe Pozzo di Borgo. Le film, dont la sortie au Québec est prévue pour le 13 avril,  est simplement superbe! Les rires fusaient de partout dans la salle de L’Impérial! Le grand comédien François Cluzet (qui interprète avec brio le rôle du tétraplégique), présent lors de l’événement, a d’ailleurs pris la parole, exprimant son contentement autour de la réponse très favorable des spectateurs face au chef d’œuvre que nous venions de visionner.

Je vous invite à dévorer ce livre-témoignage qui vous fera passer des larmes aux éclats de rire! Il s’agit d’une rencontre marquante et inattendue entre deux hommes que tout opposait. De part et d’autre, ils se sont appris quantité de notions, de valeurs aussi… En somme, ils parcourent ensemble, pendant dix ans, le chemin de l’école de la vie. Finalement, tout semble clair lorsque Philippe Pozzo di Borgo affirme à propos de son protégé : « Il est insupportable, vaniteux, orgueilleux, brutal, inconstant, humain. Sans lui, je serais mort de décomposition. Abdel m’a soigné sans discontinuité comme si j’étais un nourrisson. Attentif au moindre signe, présent pendant toutes mes absences, il m’a délivré quand j’étais prisonnier, protégé quand j’étais faible. Il m’a fait rire quand je craquais. Il est mon diable gardien. » Et vous verrez, chers lecteurs, à quel point ce pseudonyme est parfait!

Témoignage pour grand public

Éditions Bayard

Cet article a 5 Commentaires

  1. Gilda Routy says:

    Le livre et le film sont très touchants. Je pense Nicholas que pour des ados, livre et film pourraient être de beaux sujets de discussion. Quel regard portons nous sur le handicap alors que la société nous oblige à être toujours dans la performance? Il

  2. Viviane says:

    J’ai vu le film et j’ai beaucoup aimé. Le mélange d’humour et de moment touchant m’ont eu dès les premières minutes. La relation entre ces deux hommes si différents est surprenante et encore plus touchante. C’est magnifique de voir ce que leur relation a eu comme impact dans leur vie respecticve. Un point de départ vers un temps nouveau.

  3. J’étais présence à l’avant-première et j’ai vraiment beaucoup aimé ce film. On rit beaucoup et il y a plusieurs moments très émouvants. C’est aussi une leçon de vie et une réflexion sur l’amitié. Comment deux êtres si différents peuvent réussir à devenir des amis presque inséparables. On se retrouve tous à quelque part dans ce film et je le recommande à tous.

  4. Julie Chaput says:

    J’ai aimé les touches d’humour de ce film, la façon différente de voir la vie avec cet état de tétraplégie. De réhabilitation de personne de background “défavorisé”, ça amène un point de vue humain.

  5. Paméla says:

    Malheureusement, je n’ai pas lu le livre.. Mais le film était EXCELLENT! 🙂
    Un beau gros mélange d’émotions, j’ai adoré. Le ” Rain Man ” des Français quoi! 🙂

Laissez une réponse