LE SECRET DE CHANDA

TITRE: LE SECRET DE CHANDA

AUTEUR: ALLAN STRATTON

Très chers blogueurs,

J’ai longtemps hésité avant de vous parler de ce roman adolescent très humain, mais aussi fort troublant! En fait, je ne savais pas comment l’évoquer ni de quelle façon traduire mes émotions, mais allons-y! Ce roman traite de la thématique du Sida en Afrique. Plusieurs personnages nous quitteront à jamais tout au long du récit, mais Chanda, l’héroïne, demeure forte malgré l’adversité.

Je ne vous raconterai toutefois pas l’histoire en entier, désirant vous laisser vous imprégner de ce texte dur et poétique. « À peine ouverts, les nouveaux cimetières sont déjà pleins à craquer. Officiellement, les gens meurent de pneumonie, de la tuberculose et du cancer. C’est un mensonge, tout le monde le sait. La vraie raison pour laquelle les morts s’amoncellent, c’est autre chose. C’est une maladie trop effrayante pour qu’on ose la nommer à voix haute.»

Autour de Chanda, des gens souffrent et meurent du Sida. Ils décèdent souvent seuls, rejetés et même oubliés: « Si le bruit court que vous en êtes atteint, vous risquez de perdre votre emploi. Votre famille peut vous chasser et vous laisser mourir dans la rue, seul. Alors, vous vivez en silence, en vous cachant derrière vos rideaux.»

Esther, la meilleure amie de Chanda, est pointée du doigt, car ses parents ont été emportés par cette maladie. Elle se prostitue (sans le dire à Chanda au départ), question de gagner assez d’argent pour réunir ses soeurs et frères sous le même toit. Elle vivra aussi la violence et l’humiliation . Étrangement, et c’est un autre côté magnifique de ce roman bouleversant, les deux amies réussissent à rire de certaines situations et même de garder la tête haute.

La mère de Chanda est de plus en plus malade et son conjoint, un « courrailleux » alcoolique, vit le même sort. Tout au long du récit, la peur pèse sur notre courageuse héroïne. Et si elle aussi avait le Sida ou quelqu’un de son entourage ? Il faut mentionner que la famille vient de perdre un poupon d’à peine deux mois!

Parmi la myriade de personnages, il y a Madame Taffa, une femme hautaine qui court après les ragots et qui fait enrager Chanda la plupart du temps, quoique…

Le sort réservé à la mère de la jeune adolescente est triste, odieux (vous comprendrez en lisant comment sa famille la traite alors qu’elle vient demander aide et refuge), mais le tout ne peut que nous réveiller, et c’est tant mieux!

Je vous le répète, ce roman m’a complètement chaviré. Je sais, vous êtes habitué à ce que je pleure pendant mes lectures, mais là c’était un mélange de colère, de tristesse, enfin d’impuissance. Il s’agit d’une thématique parfois difficile à aborder, encore aujourd’hui (dingue, non?), mais il faut pourtant en parler!

Alors un conseil : allez de ce pas vous procurer ce roman. C’est une véritable leçon de courage et de vie. Une écriture magnifique et pudique. Donnez-m’en des nouvelles! Ne manquez pas la suite: Les guerres de Chanda. À noter également que le livre a fait l’objet d’un film sélectionné au Festival de Cannes (ça en fait des informations à retenir!).

Roman pour adolescents avertis et adultes

Éditions Bayard jeunesse

Cet article a 0 Commentaire

Laissez une réponse