L’échappée (pou)belle

Alors là, vraiment, je viens de terminer un roman jeunesse hilarant ! Dire que c’est une histoire d’amitié burlesque serait même trop faible pour qualifier ce récit complètement fou! Chose certaine, l’auteur reste fidèle à elle-même en nous offrant un autre livre dingue qu’on ne peut pas lâcher. Tiens! Ça me rappelle ce que j’ai ressenti en lisant son précédent ouvrage, Ma mère est un gorille (et alors?)… évidemment, ce titre vaut aussi le détour!

« Aujourd’hui, je vis pieds nus. Mes cheveux gris et emmêlés me tombent sur les épaules, mon pantalon est en lambeaux, et ma chemise, blanche à l’origine, n’est plus qu’une vieille guenille. En me croisant dans la rue, personne ne pourrait deviner que je travaillais autrefois dans une banque. »

Effectivement, Henri était le chouchou de ses patrons. Il savait tout des emprunts et des taux d’intérêt, mais il était aussi maître dans les combines pour escroquer les clients les plus pauvres. Un jour, un des patrons quitte à la retraite, et c’est à Henri que revient le poste, mallette de cuir en prime! On lui demande de fermer la banque et… il s’endort ! En se réveillant à la noirceur, il tombe sur le nouveau retraité. Pourquoi ce type est-il à la banque aussi tardivement ? Le lendemain, on constate que 10 millions d’euros ont disparus. Henri est accusé et, alors qu’on tente de l’embarquer, il panique et se jette par la fenêtre !

C’est bien connu, un malheur n’arrive jamais seul ! Le pauvre banquier atterrit dans une poubelle plutôt poisseuse. On pourrait d’abord croire que ce n’est pas si mal. Par contre, on déverse le contenu de la poubelle (et Henri aussi!) dans un camion et… en route pour la décharge. Quelle malchance!

Maintenant, place au dégueu les amis ! Henri se réveille à la décharge, sur une montagne d’ordures gluantes, puantes, grouillantes d’asticots, bref vous voyez toute la crasse du lieu! Il ne met pas beaucoup de temps à faire la connaissance de Dante, un rat collectionneur, laid… en fait, le plus gros et crado des rats. Il pleut. Dante invite Henri à dormir chez lui, sur son matelas d’appoint (n’importe quoi ! Je pleurais de rire !). Commence alors une amitié des plus particulières entre un pauvre type (vraiment nul le monsieur, mais ô combien attachant !) et un rat impoli et sale.

À travers des péripéties trop drôles et la rumeur d’un monstre se promenant dans la décharge, une enquête est menée : où sont ces 10 millions d’euros ? Henri sera-t-il innocenté ? Sera-t-il retrouvé, et surtout, voudra-t-il retourner dans une vie sans ami, où il s’est fait jeter comme une vieille loque ? Tant de chose à découvrir dans ce roman où se marient à merveille aventure, humour et amitié !

Et pourquoi ne pas laisser à Henri le mot de la fin ?

« Cher lecteur, tu t’apprêtes à découvrir le récit de ma rencontre avec le rat Dante, une histoire de crime, de mensonge et de dangereux explosifs. Tout ce qui est écrit dans ce livre n’est que pure vérité, alors prépare-toi à avoir la chair de poule! »


Voilà, vous êtes avertis !

L’échappée (pou)belle, Frida Nilsson, Éditions Bayard jeunesse

Roman pour lecteurs intermédiaires

Cet article a 0 Commentaire

Laissez une réponse