L’Halloween chez Bayard Canada!

C’est bientôt l’Halloween! Cette fête est définitivement ma préférée… et je ne suis pas le seul! Chez Bayard Canada, nous raffolons des histioires qui font peur. Mais, avant de vous présenter nos musts pour l’Halloween, laissons de côté quelques instants les bonbons et les costumes de Minions! C’est une myriade de faits historiques étonnants qui vous attendent en lisant les mots de Sylvie Roberge, qui nous fait découvrir les origines de cette fête remontant à plusieurs centaines d’années! Joyeuse Halloween les amis!

C’est bientôt la fête de la citrouille !

Un billet de Sylvie Roberge, directrice éditoriale jeunesse

Saviez-vous que le terme «Halloween» vient de l’expression anglaise All Hallows Eve’ qui signifie La veille de tous les Saints ?

halloween_2En fait, l’origine de l’Halloween remonte à des milliers d’années. Chez les Celtes, on célébrait le nouvel an au moment de la pleine lune la plus proche de la fin du mois d’octobre actuel. C’était la fin de l’été et des moissons et le début de la période sombre d’où les couleurs noir et orange qui symbolisent la noirceur et les moissons. Les hommes cessaient de travailler dans les champs. Pendant la nuit du 31 au 1er novembre, les druides se réunissaient pour célébrer Samain, le dieu de la mort. Ils allumaient de grands feux dans le but d’éloigner les mauvais esprits et d’apaiser les puissances surnaturelles qui contrôlaient les cycles de la nature. Les gens revêtaient des vêtements effrayants de manière à ce que les démons croient qu’ils étaient des leurs et ne leur fassent aucun mal. Ils se rassemblaient autour d’un feu qu’ils nourrissaient avec des branches de chêne séché. Puis, les druides remettaient à chacun le feu sacré pour protéger leur foyer. Ce feu devait être entretenu dans l’âtre familial toute l’année. En échange, les druides réclamaient des offrandes pour leur dieu, exigeant parfois des sacrifices humains. En cas de refus, ils proféraient des malédictions de mort sur la maison.halloween_1

Plus tard, les Celtes ont commencé à fabriquer des lanternes avec des navets découpés en forme de visage. Ils s’en servaient pour éloigner les mauvais esprits. Les Irlandais, descendants des Celtes, se sont transmis cette tradition de génération en génération. Elle a donné naissance à la légende de Jack la lanterne :

Jack était un homme malhonnête. À sa mort, il fut condamné à errer pour l’éternité. Le diable lui donna tout de même un morceau de braise pour éclairer son chemin. Jack le déposa dans un navet. Depuis, il marche dans les ténèbres, sa lanterne à la main.

Les Amérindiens cultivaient déjà les courges depuis plus de 7 000 ans, lorsque les Européens ont découvert l’Amérique. Au 19e siècle, lorsque les Irlandais sont arrivés en Amérique, ils ont emmené avec eux leurs traditions. Toutefois, ils ont remplacé les navets par des citrouilles. C’est ainsi que les citrouilles transformées en lanternes sont devenues le symbole de Halloween.

Au fil du temps, l’Halloween est devenue la fêtes des enfants. Au Québec, la fête s’est davantage développée durant les années 1970. Aujourd’hui, les enfants se déguisent en personnages de toute sorte et courent d’une maison à une autre pour ramasser des bonbons. Ceux qui veulent participer à la fête en offrant des friandises, décorent l’extérieur de leur maison : toiles d’araignée, sorcières, squelettes, fantômes et vampires se côtoient. Sans oublier les citrouilles éclairées de chandelles qui affichent des visages rigolos ou effrayants.

Dans toutes les villes du Québec, il existe une multitude d’activités amusantes ou terrifiantes, selon l’âge des participants, spécialement organisées pour célébrer l’Halloween.

Emmener les enfants chez un agriculteur pour faire l’auto-cueillette de la citrouille avant de la décorer est une chouette façon de prendre l’air tout en visitant une ferme de la région.

Pour ceux qui habitent à Montréal : le Grand Bal des citrouilles du jardin botanique est l’occasion d’admirer quelques 800 courges et citrouilles décorées par des enfants et des visiteurs.

En prévision du grand soir, outre les provisions de bonbons, pourquoi ne pas faire provision d’albums de conte, d’histoire de tous les jours et de romans en lien avec le thème de l’Halloween ? À la lueur de la bougie et sous le regard bienveillant de la citrouille, ses lectures en famille marqueront l’imaginaire des tout-petits comme des grands. Voici quelques suggestions :

ALBUMS

Que_fais_tu_dans_mon_grenierQue fais-tu dans mon grenier?, Geneviève Lemieux, ill : Annie Rodrigue, Bayard Canada,

La courge masquée, Laïla Héloua, ill : Nathalie Lapierre, Bayard Canada, coll. Le raton laveur

Simone, jolie monstre!, Rémy Simard, Bayard Canada

ROMANS

Un sorcier chez les sorcières, Andrée-Anne Gratton, ill : Gérard Frischeteaux, Bayard Canada, coll. Le cheval masqué

Lustucru au pays des vampires, Ben, ill : Sampar, Bayard Canada, coll. Le cheval masqué

Les caprices de Pustule, Mika, Bayard Canada, coll. Le cheval masqué

Rachelle et la maison des monstres, Pierre Labrie, Bayard Canada, coll. Œil de lynx

La démone Angélique, France Lorrain, Bayard Canada, coll. Œil de lynx

DOCUMENTAIRES

La citrouille, reine de courges, Sylvie Roberge et Michel Roberge, Ill : Gérard Frischeteau, Dominique et compagnie, coll. À pas de loup

Monstrologie : tout sur les monstres, Arthur Slade, ill : Derek Mah, Bayard Canada

Les animaux étranges, Rupert Matthews, ill: Tim Mayer, Bayard Canada, coll. Inexpliqué

100% terrifiant : guide des choses effrayantes, horrifiantes et qui donnent froid dans le dos la nuit, Jeff Szpirglas, ill : Ramon Perez, Bayard Canada, coll. Bizarre bazar

 

Cet article a 0 Commentaire

Laissez une réponse