L’île interdite

« Je reste les yeux grands ouverts dans le noir et j’ai la sensation désagréable… qu’il y a quelqu’un à côté de moi. Comme avec Rosa, la petite fille morte qui venait me rendre visite chaque nuit dans ma chambre… »

Alors là! Vous savez, certaines histoires peuvent vous hanter longtemps après votre lecture. Et lorsqu’on mélange la lagune vénitienne avec des esprits et un hôpital psychiatrique en ruine sur une île dite maudite, et bien vous pouvez être assurés que votre fidèle Nicholas ne dort pas pendant quelques nuits!

L_ile_interditeBrigitte Lorentzen avait réussi à me rendre fan d’elle dès son roman À la folie. On retrouve ici Luisa et Thomas à Copenhague, mais ils ont rompu depuis douze jours (c’est précis un ado en peine d’amour!). Surtout, pour lui (et rappelez-vous l’intensité des péripéties paranormales vécues dans le roman précédent…), tout ce qui touche l’au-delà, c’est fini!

Pour se changer les idées, Luisa ira en Italie pour l’été. Elle travaillera à Venise avec sa cousine Carla, dans le restaurant de zio Toni, à Burano. Sa cugina, en plus de devoir bosser au restaurant, doit achever un devoir d’histoire sur la peste.

À son arrivée, Luisa est accueillie par Fabio, le charmant serveur vénitien roux aux yeux bleus, joueur de foot étoile du coin… bref, vous voyez le genre! Il lui fait faire un tour de bienvenue en vaporetto et elle se dit que, malgré ce qu’elle vit avec Thomas, ce sera un bel été (si seulement elle savait la pauvre!). Soudain, le moteur coupe. Fabio regarde aux alentours et la voit. L’île de Poveglia. Vous n’êtes pas prêts d’oublier cet endroit sinistre, je vous le garantis : « On dit que, lorsqu’on passe au large de Poveglia, on peut entendre le cri des âmes tourmentées ». Mais encore? Les âmes de qui (déjà je lisais debout tant le rythme est enlevant!).

Luisa veut, doit, en savoir davantage. Par chance, Clara en sait pas mal sur la chose. Effectivement, Venise a été durement touchée par la peste et Poveglia, et bien on l’a surnommée l’Île de la mort : « …des âmes errantes y ont élu domicile […] Beaucoup de gens pensent qu’une malédiction pèse sur Poveglia. Ils sont persuadés que l’île est hantée […] Certains affirment que ce sont les victimes des épidémies de la peste qui reviennent hanter les lieux! […] Ils brûlaient les victimes de la peste là-bas, sur Poveglia. On estime leur nombre à plus de cent cinquante mille. L’île est en grande partie constituée de la cendre de tous les morts […] Et ce n’est pas encore ça, le pire […] on a aussi déporté là-bas des vivants! Ceux qui étaient contaminés ou ceux dont on croyait qu’ils l’étaient! […] Enfants, jeunes, vieux, il n’y a eu aucune miséricorde. »

Ouf… mais, chers lecteurs, ce n’est pas encore le pire. Cette île a aussi accueilli des fous et on y a construit un hôpital psychiatrique en 1922. Une grande partie des patients y voyaient les âmes tourmentées des victimes de la peste et les entendaient murmurer leurs malédictions : « Le médecin-chef de l’hôpital a fait des recherches sur ce phénomène et mené toutes sortes d’expériences médicales sur ces patients. La lobotomie, tu sais. Il incisait à travers l’œil […] Un psychopathe de première! » Seriez-vous étonnés si je vous apprenais que ce même médecin complètement détraqué a lui aussi perdu la raison dans cet hôpital? Alors que certains affirment qu’il s’est suicidé, d’autres pensent plutôt que des patients l’ont poussé dans le vide.

Peu de jours après, Luisa et Carla font la rencontre de deux touristes, Bob et Matt, étudiants en psychologie anomalistique à l’université de Chicago… et de véritables chasseurs de fantômes! Carla décide de suivre les Américains sur l’île (elle est folle ou quoi?). Luisa et Fabio se lancent à leurs trousses pour les en empêcher, mais trop tard! Ils sont là. Les quatre. Sur l’île. Le vieil hôpital… et c’est là que les ennuis commencent, et pas de petites embrouilles, oh non! Un véritable cauchemar! Bienvenue dans l’anti-chambre de l’enfer! Je n’en dis pas plus! Sauf peut-être ceci : heureusement qu’il y a Thomas et son talent particulier. Voilà!

Amoureux de sensations fortes, ce livre est pour vous! Mais n’oubliez pas : il y a des forces avec lesquelles il ne faut pas jouer…

L’île interdite, Brigitte Lorentzen, Bayard jeunesse

Roman pour ados

Cet article a 0 Commentaire

Laissez une réponse