Miss Peregrine et les enfants particuliers

Miss_Peregrine_et_les_enfants_particuliersChers blogueurs, comme plusieurs, ma collègue Déborah n’a pu résister à la lecture d’un de mes romans préférés: Miss Peregrine et les enfants particuliers. Elle a adoré… je m’en doutais! À vous de découvrir ou redécouvrir ce récit captivant… et quelques scoops! Bonne lecture

Amis lecteurs,

Aujourd’hui, je tiens à partager avec vous ma découverte du mois : Miss Peregrine et les enfants particuliers écrit par Ramson Riggs. J’ai pris tellement de plaisir à le lire que ce serait extrêmement égoïste de ma part de garder ce secret pour moi toute seule. Parce qu’après tout, c’est bien cela l’essence du livre, ce qui permet de créer cette communauté si précieuse : le partage.

Mais revenons à nos moutons.

Donc, si vous n’avez plus rien à lire (où même si une pile de bouquins vous attend sur votre table de chevet mais que vous êtes constamment à l’affût de bonnes idées pour l’enrichir) et que vous aimez les récits fantastiques qui sont reliés à la réalité, voici le livre que vous devez vous procurer. Sous fond de deuxième guerre mondiale, de la dictature des nazis et du génocide des juifs, l’auteur réussit à nous livrer, non pas un roman larmoyant, mais une histoire parallèle, une métaphore, qui donne matière à réfléchir. Il pointe la réaction des masses face à la différence : la haine non justifiée, l’exclusion, le rejet. Cela nous amène à réfléchir sur nous-même, sur les conséquences de nos actes ainsi que sur nos réactions, ou plutôt notre manque de réaction, face à ce genre de situation ; que ce soit le génocide des juifs où toutes les différences de couleur de peau, de culture, de religion auxquels nous assistons, souvent indifférents.

Le récit se déroule dans les années 1940. Abe Portman, jeune polonais de confession juive, fuit son pays et se réfugie dans un orphelinat sur une minuscule île du pays de Galles pour fuir la menace nazie. Mais ceci n’est pas un orphelinat comme les autres. C’est un orphelinat destiné aux enfants particuliers. Il y a vécu des années fantastiques dont il narre, quelques dizaines d’années plus tard, les récits remplis d’aventures à son petit-fils Jacob, âgé de 16 ans. Il est le narrateur de l’histoire et on se rend compte, très vite, qu’il voue une admiration sans limite à son grand-père dont les histoires l’ont  toujours fasciné : « Quant aux histoires qui traitaient de sa vie dans l’orphelinat du pays de Galles, elles étaient encore plus fantastiques ! C’était une maison magique, où les enfants vivaient à l’abri des monstres, sur une île où il faisait toujours beau. Personne n’y tombait jamais malade et, bien sûr, personne ne mourait. « Ils habitaient tous ensemble dans une immense bâtisse, sur laquelle veillait un oiseau très sage », disait Grandpa. Mais en grandissant, j’ai commencé à avoir des doutes. »

En effet, les années passent et aux yeux de l’adolescent, Abe perd toute crédibilité : Jacob pense d’ailleurs secrètement que son grand-père perd la boule. Celui-ci parle souvent de monstres, ceux qu’il a du combattre dans le passé et qui se rapprochent aujourd’hui. Un jour, Abe appelle Jacob à l’aide, complètement paniqué. Jacob s’y précipite mais trop tard… Son grand-père, gravement blessé, est sur le point de mourir. Jacob, désespéré, regarde autour de lui en cherchant de l’aide. Et c’est là qu’il en vit un pour la première fois : un monstre. Un de ceux dont parlait son grand-père et qui venait de le tuer.

Depuis cet instant, Jacob n’a plus qu’une seule idée en tête : découvrir le secret de son grand-père. Mais pour cela, il n’a que ses maigres souvenirs et un étrange indice qu’Abe lui a laissé avant de rendre son dernier souffle : « Trouve l’oiseau. Dans la boucle. De l’autre côté de la tombe du vieux. Le 3 septembre 1940. »

Débute alors un récit haletant plein de surprises où Jacob devra, plus d’une fois, faire face au danger. Les photos présentes tout au long du livre rendent le récit plus vivant et accessible ce qui permet de se plonger pleinement dans l’ambiance du roman.

Je ne résistais pas à l’envie de l’ouvrir dans les transports en commun ou dans la rue pour savoir le fin mot de l’histoire… Pour découvrir que celle-ci se poursuit dans un deuxième tome qui devrait paraître prochainement (dès l’été) ! On raconte même que le roman va être adapté sur grand écran…. De bonnes surprises à découvrir prochainement !

Bonne lecture,

Déborah.

Cet article a 1 Commentaire

  1. Arthur says:

    Salut Nicolas. C’est moi, Arthur, tu te rappelle (le salon du livre)?

    En tout cas je viens de commencer la lecture de ce roman. Je n’en ai lu qu’une partie.

    Cela ne m’empeche pas de l’aimer egalement!

    Merci Nicolas,

    Arthur

    Pour les amateurs de lectures, n’hesitez pas a me repondre, j’ai pleins de lectures a

    vous conseiller, si vous etes en panne !

Laissez une réponse