Tibert et Romuald

Ce qui est génial avec mon blogue c’est que je peux vous parler des nouveautés chez nos éditeurs, mais surtout je peux vous faire découvrir de petits bijoux existants depuis quelque temps et qui parfois tombent dans l’oubli – normal avec le nombre de nouvelles parutions annuelles ! C’est donc avec plaisir que je prends quelques minutes pour vous parler (vous écrire plutôt!) d’un album incontournable en littérature jeunesse (et sans aucun doute un de mes préférés!), Tibert et Romuald… un véritable hommage aux amoureux des livres!

« Romuald était un jeune souriceau aux moustaches mal peignées, à la longue queue, et aux idées un peu courtes. Depuis sa naissance, il vivait dans le trou de la bibliothèque et s’y ennuyait, car il lui était interdit de jouer avec les autres souriceaux de la maison. »

 Les parents de Romuald le mettent bien en garde de ne jamais s’aventurer à l’extérieur, au risque de devenir la proie de Tibert, le chat de la maison. Devinez ce qui arrive lorsqu’on empêche un enfant de faire quelque chose? Eh oui! Un soir, alors que ses parents sont absents, Romuald sort de sa cachette et découvre la bibliothèque, univers incroyable où trônent des milliers de bouquins! Il fera connaissance avec un livre… oui oui, le livre lui parle. Alors que le souriceau lui intime de se taire pour ne pas réveiller Tibert, l’ouvrage lui propose de lui raconter une histoire, car les livres se mangent avec les yeux. Pour une fois, Romuald entend autre chose qu’une histoire de souris et de chats. Le récit parlait de rivières, de mers, de montagnes, et d’un dragon vert. Notre jeune souris avait chaud, il avait froid, il était heureux, il avait peur, il riait (comme moi lors de mes lectures!). Le livre invite Romuald à venir le visiter souvent. Par contre, lors d’une de ses escapades, il tombe sous la patte et les griffes de Tibert, qui compte bien le dévorer. Rusé, Romuald lui demande de le laisser lui conter une histoire avant de le manger: « Alors Romuald, reprenant espoir, se mit à raconter l’histoire du dragon vert. Il n’oublia rien, se souvint de tout. Petit à petit, à mesure qu’il racontait, il sentait la patte de Tibert se faire plus légère sur sa queue. Puis, Tibert s’installa confortablement et finit par se coucher devant Romuald, en rentrant sous lui pattes et fourchettes. » Alors que toutes les autres souris s’affolent de voir Romuald dans une telle situation, Tibert les presse de se taire et d’écouter, sinon il va les croquer! Je ne vous dis pas la fin, seulement que vous allez être charmés par ce jeune souriceau qui, avec son nouvel amour des mots, saura rendre les livres accessibles à tous!

Tibert et Romuald, Anne Jonas, Éditions Milan

Album pour tous les amoureux d’histoires

Cet article a 2 Commentaires

  1. Carlos Seguin says:

    Je suis envoûté par cette histoire !

  2. Félix Maltias says:

    Ça donne le goût de lire le livre ! Et ça me fait penser aux 1001 nuits.

Laissez une réponse